Accueil » Conseils pour démarrer en tant que freelance

Conseils pour démarrer en tant que freelance

Lorsque l’on se lance en tant que freelance, de nombreuses questions doivent être résolues : impôts, assurances, fixer le taux horaire, trouver des clients. Voici ce à quoi les freelances doivent faire attention.

Les freelances sont polyvalents

Les freelances ne sont pas seulement des professionnels dans leur domaine. Les freelances sont à la fois des professionnels : 

Cela peut vous intéresser : Analyse stratégique en entreprise : méthodes clés

  • du management,
  • de la vente,
  • du marketing,
  • des RH,
  • et de la comptabilité.

Une présentation personnelle confiante et détaillée est néanmoins nécessaire pour convaincre le premier client. Une présence en ligne soignée en fait partie, tout comme les différentes plateformes de freelances utilisées comme canal de distribution. Un freelance ne s’occupe donc pas seulement de son activité principale, mais doit également démontrer ses qualités de polyvalent pour réussir. Le site https://www.conseils-droit.fr/ propose d’autres conseils et astuces pour les freelances. N’hésitez pas le consulter.

La première commande est la priorité absolue

La première commande est la plus importante. Avant même de franchir les obstacles bureaucratiques tels que l’enregistrement de l’entreprise, il faut se concentrer sur l’obtention de la première commande et des commandes suivantes potentielles. Une fois la première commande décrochée, il convient de clarifier les bases importantes : 

A lire également : Pourquoi recourir à un consultant seo en freelance ?

  • L’étendue,
  • la plage horaire,
  • la rémunération,
  • le droit à la modification.

Il est important que le travail corresponde au freelance. Il faut éviter d’accepter un travail uniquement par nécessité financière.

Calculer le taux horaire de manière réaliste

Lors de leur première mission, de nombreux freelances se demandent s’ils ne devraient pas tout d’abord fixer un taux horaire bas pour obtenir une mission. Il semble évident, surtout si l’on a peu de références, que l’on peut obtenir ses premières missions en proposant un prix raisonnable. Comme certains recruteurs ou entreprises supposent qu’il existe un lien entre le prix demandé et l’expertise, les freelances devraient s’informer sur les tarifs horaires en vigueur dans le secteur.

Il est important, surtout au début de leur activité de freelance, de poser des exigences raisonnables. Cela signifie proposer un taux horaire réaliste ou des forfaits concrets. Au fur et à mesure que le savoir-faire et les références augmentent, les exigences financières peuvent être revues à la hausse. Mais attention : une fois qu’un prix forfaitaire ou un budget horaire calculé a été négocié, il est rarement possible de le revoir à la hausse.

Un statut de micro entrepreneur pour commencer ?

Les micro entrepreneurs ont l’avantage de ne pas devoir mentionner la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sur leurs factures. En contrepartie, ils ne se voient pas rembourser la TVA en amont, c’est-à-dire la taxe sur le chiffre d’affaires que les entreprises paient lorsqu’elles achètent pour leurs propres besoins.

Les freelances doivent faire attention : les remboursements de la TVA en amont sont élevés, surtout la première année de création, grâce aux nouveaux équipements et achats. Mais si l’on renonce au régime des petites entreprises au début, cette décision est valable pour cinq années civiles. C’est pourquoi les freelances devraient s’informer précisément au début de leur activité pour savoir quel statut fiscal est le plus avantageux pour eux.

Revenir en haut de page